Plus qu’une obligation légale pour les institutionnels, l’accessibilité est un devoir éthique. Or cette notion d’accessibilité est encore mal comprise puisque lorsqu’on pense handicap, on pense chaise roulante. Sauf que le handicap n’est pas forcément permanent, il peut concerner tout le monde à un moment donné. Malheureusement, on constate souvent que les clients :

  • n’ont que peu d’intérêts envers ces problématiques,
  • pensent que rendre un projet accessible va augmenter les coûts,
  • ne réalisent pas qu’ils perdent en visibilité et en utilisateurs.

Qu'est-ce que le handicap ?

Nous avions déjà vu ce qu’était l’accessibilité dans un précédant article, aujourd’hui nous allons donc nous intéresser aux personnes touchées par le besoin d’accessibilité. A ce sujet, la loi nous dit :

Constitue un handicap, au sens de la présente loi, toute limitation d’activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d’une altération substantielle, durable ou définitive d’une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d’un polyhandicap ou d’un trouble de santé invalidant.

Art. L. 114.

En 2016, en France, environ 20% de la population étaient en situation de handicap au sens de la loi et 40% l’étaient de manière temporaire. Sur 65 millions, cela représente jusqu’à 26 millions de français !

Comme dit plus haut, il ne s’agit pas d’une minorité et tout le monde peut être concernés.

En quoi l'ergonomie et l'accessibilité sont-elle liées ?

La majeure partie des normes d’accessibilité numérique proviennent d’une recherche autour de l’expérience utilisateur appliquée au handicap et visant à simplifier au maximum les interfaces. De fait même les personnes sans handicap utilisent certaines fonctionnalités et en sont très friandes. Par exemple, sur mobile la fonctionnalité flash lors de la réception d’un message, d’un appel, d’une alerte. En effet, si à l’origine le but était de signaler quelque chose à une personne mal entendante ou sourde, beaucoup de personnes sans aucun problème auditif utilisent cette fonctionnalité.

De surcroît, l’accessibilité repose sur les piliers design suivants :

  • Perceptibilité : Tout le monde doit pouvoir percevoir le contenu et le design, quelles que soient ses habilités sensorielles. Pour se faire, il est intéressant de mettre en place des informations visuelles, auditive et tactiles redondantes. Cela permet en plus de ne pas perdre l’utilisateur.
  • Opérabilité : Tout le monde doit pouvoir utiliser votre projet quelles que soient ses habilités physiques. Il faut minimiser les actions répétitives. L’affordance de vos projets est un point très important, gardez en tête que faciliter les actions et votre navigation sera votre meilleur atout !
  • Simplicité : Tout le monde doit pouvoir comprendre le design quels que soient son expérience, son niveau d’étude ou sa concentration. Il est nécessaire d’enlever toute complexité inutile, même si pour cela il faut retirer des fonctionnalités c’est que celles-ci étaient superflues.

Quels sont les plus ?

Un site accessible entraîne de nombreux avantages :

  • permet une consultation optimale pour tous les utilisateurs, indépendamment de leur matériel ou de leur handicap.
  • améliore l’accessibilité de tous les contenus et de l’ergonomie
  • facilite la compatibilité, la portabilité et l’interopérabilité
  • offre une meilleure indexation (SEO)
  • augmente le nombre d’utilisateurs
  • reflète une démarche éthique et citoyenne en respectant le cadre légal de février 2005

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.