La gamification est une bonne occasion de booster son entreprise. Cependant, utilisée à mauvais escient elle peut aussi avoir un effet nul ou inverse.
Il vous faudra donc définir avec précautions vos objectifs et le profil de votre public pour bâtir un projet solide.

Nous allons ici vous distiller quelques conseils pour bien débuter la conception d’une gamification.

Parler à son public

Le premier piège dans la gamification est de rater sa communication et son interaction avec le public. Si vous proposez à votre public un dispositif qui ne lui convient pas alors il ne l’utilisera pas. Le second, est d’orienter son jeu vers un point de vue trop business et pas assez utilisateur.

La gamification consiste à rendre divertissante une action, il ne faut donc pas submerger l’utilisateur avec des termes techniques ou des produits proposés. L’utilisateur doit avoir un espace de liberté dans votre dispositif.

Il faudra aussi veiller à proposer des mécaniques de jeu adaptées à votre cible. On distingue ainsi des typologies de joueurs plus ou moins attirés par certaines mécaniques. Ainsi pour bien choisir ces mécaniques, nous vous conseillons de tester au maximum votre jeu et de le suivre tout au long de son utilisation.

 

Avoir un Gameplay fonctionnel

Le gameplay représente l’ensemble des mécaniques et des actions que propose votre dispositif. Un bon gameplay doit être intuitif, clair et progressiste.

La prise en main doit être réussie et l’utilisateur ne doit pas se poser les questions : Quel est le but du jeu ? Où dois-je cliquer ?

Si l’utilisateur ne comprend pas de lui même ce qu’il doit faire et comment évoluer dans votre application vous serez tenté de lui proposer un tutoriel expliquant tout ce que vous avez imaginé à son ouverture. Grossière erreur ! Un tutoriel n’est pas recommandé, si vous en avez besoin c’est toute votre expérience utilisateur qui est à revoir !

Pour pallier à ces tutos indigestes il existe plusieurs possibilités :

  • Vous pouvez par exemple proposer des messages très courts à des moments précis du jeu. Ces messages seront alors perçu comme une aide et non comme un lot de consignes à retenir. De cette façon si l’utilisateur est bloqué, il se retrouve dans une démarche de compréhension des mécaniques et de recherche de solutions. Vous arrivez ainsi au bon moment, il retiendra mieux l’information et vous en sera plus reconnaissant.
  • Une autre approche sera de le laisser découvrir les différentes possibilités en lui présentant fonctionnalités de façon progressive. On parle alors d’onboarding. Guilhem Bertholet explique très bien ce système en prenant l’exemple de Mario. Dans ce jeu le premier niveau vous apprends à marcher, puis sauter, puis enchaîner des sauts rapidement. Le joueur découvre de lui même les actions en s’y frottant.
  • L’échec est alors aussi une méthode de faire apprendre votre gameplay à l’utilisateur : votre gameplay étant probablement basé sur un message, il peut être utile de pousser l’utilisateur à perdre de lui même pour qu’il comprenne et retienne mieux le message.

Dans tous les cas, une simplification du gameplay sera probablement à réaliser lors de la conception. Au commencement d’un projet on fabrique souvent avec passion de nombreuses fonctionnalités très complexes. Mais il vient toujours un moment où il faut élaguer tout ceci pour rendre lisible la chose.

 

Surveiller les chiffres

Comme évoqué en début d’article, surveiller vos mécaniques est primordial.

Un processus de gamification peut par exemple dépendre d’un ROI (Return On Investment).
Surveiller l’influence et l’utilisation de vos différentes mécaniques peut vous permettre d’identifier la typologie de vos utilisateurs. Grâce à cela vous pourrez adapter votre stratégie, et proposer de nouvelles mécaniques, renforcer celles qui fonctionnent voire même supprimer celles qui sont ignorées.

Cependant, le ROI ne doit pas être utilisé sans un minimum de transparence ! il ne doit pas servir à collecter des informations dans le secret pour catégoriser les utilisateurs. Sur ce point vous devez garder une certaine éthique.

 

Penser à l'évolution

Le résultat de votre gamification dépendra principalement de la qualité du gameplay. Néanmoins, nombreux sont les projets qui ne fournissent pas les résultats attendus. Souvent parce que les mécaniques de jeu sont mal amenées.

En effet, il ne suffit pas de proposer des badges dans votre plateforme pour la gamifier et en attendre un meilleur rendement.
Chaque outil doit répondre à un critère de gameplay et découler d’un scénario écrit en amont. Le joueur doit sentir une évolution non-artificielle de sa place au sein du jeu.
Au cours de son expérience, il doit découvrir de nouvelles fonctionnalités et sentir qu’il maîtrise le jeu de mieux en mieux.
Son rôle dans celui-ci doit aussi être valorisé puisque la progression est le moteur premier de la gamification. Il vous faudra fixer des objectifs clairs à vos utilisateurs et des récompenses en contre partie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.