Logo Zero Ecoimpact, la gamificationZero ecoimpact est une plateforme web développé par une start-up française. Son but : être un accélérateur d’écologie.

Cette plateforme s’adresse aussi bien aux entreprises qu’aux particulier en leur proposant de mettre en avant et de valoriser leurs gestes écologiques.

Pour réussir ce gros challenge la plateforme s’appuie beaucoup sur de nombreuses mécaniques de jeu.
C’est donc cette gamification que nous allons décortiquer aujourd’hui !

« Il est plus simple de rapprocher l’écologie de la société que de rapprocher la société de l’écologie. »

Noel Bauza –  Fondateur de Zero ecoimpact

Nous classerons les mécaniques selon la typologie de joueur auxquelles elle se rapproche le plus. Ici difficile de déterminer une typologie spécifique d’utilisateur. L’outil étant en partie destiné aux entreprises, les leviers doivent aussi séduire une action marketing en plus de l’utilisateur final.

La quantification, l’outils du parfait killer

profil zero ecoimpact

Si il y a bien une mécanique utilisé par Zero ecoimpact, c’est celle de la quantification absolue.
Système de point, de badge, de rang, de classement. Les chiffres sont partout sur la plateforme. Bien entendu, il s’agit avant tout d’un argument marketing pour permettre aux entreprises de quantifier leurs actions d’engagement RSE.

Mais toutes ces informations et statistiques apparaissant sur le profil de la plateforme rendent leur lecture assez complexe et brouillonne.
Autre problème, l’utilisateur est tout de suite confronté à tous ces aspects.

Les points et badges

Les points qui sont l’outil premier de la plateforme sont assez évident à comprendre.
Mais il vient ensuite les badges, activable, laissant visible à tous les badges non débloqué. On accumule ensuite la description des actions, leurs nombres, etc. Toutes ces informations deviennent difficilement digestes.

 

Le classement

Enfin, le classement peut aussi être trompeur. Pointé du doigt comme un outil permettant aux entreprises de se différencier des autres dans leur démarche RSE, il est à double tranchant. En effet il peut y avoir un effet de motivation/démotivation. Une nouvelle entreprise sur la plateforme sera instantané moins bien placé que les plus anciennes. Dans un secteur où les concurrents sont installés, il faudra alors réussir à remonter toute l’échelle du classement !
La taille des entreprises peut  aussi leur empêcher d’en dépasser d’autres, car leurs actions pèseront moins.Un système de notation, de proportionnalité et de temporalité pourrait atténuer ces effets.

Exemple de calcul

Par exemple des points peuvent être obtenue pour la location de véhicule électrique.
D’un côté nous avons une PME de 5 salariés opte entièrement pour cette transition écologique et offre un abonnement à chacun de ces employées, elle recevra 2000×5 points et obtiendra donc 10 000 points.
De l’autre une société plus importante de 500 salariés qui elle va acheter le même produit mais pour 20 de ces salariés, elle recevra alors 20×2000 soit 40 000 points.

Alors que la première entreprise aura fait son maximum et convertie 100% de ces employées à un transport vert. La seconde qui n’aura convertie que 4% paraîtra au final bien plus verte car bien mieux placé.
Une quantification différente via la notation pourrait permettre un changement de vision.
Deux structures ayant un nombre différent d’employés pourrait ainsi avoir une même note si l’effort est le même. Si 100% des employés des deux entreprises passent au vert, alors elles mériteraient toutes les deux 10/10 et non un gouffre de points énorme, les séparents au classement finale.

L’accès facilité, un explorer heureux

On retrouve sur la plateforme une liste de très nombreuses alternatives écologiques réalisable : dons associatifs, produits et services éco responsables, formations, évènements, compensation carbone, etc.
Tout comme sur le fil d’actualité de nos réseaux sociaux préférés, on peut rapidement se retrouver à scroller la liste naissante afin de découvrir tous les gestes écolo que nous pourrions faire.

Les récompenses, la carotte de l'achiever

L’effet de cette liste parle aussi aux achievers.
On se retrouve à peser chacun des éléments, entre l’engagement qu’il nous coûterait et la récompense qu’il nous ferais gagner.
L’utilisateur peut alors choisir ce qui lui correspond le mieux pour créer son profil rêvé. Et ainsi pouvoir brandir fièrement les trophées que chacun de ces gestes lui octroieraient.
De plus la plateforme ne s’arrête pas à des récompenses virtuelles, car tous les points gagner peuvent se transformer en des récompenses réelles (ex: bons de réduction).
L’utilisateur n’est donc pas seulement cantonné au monde digitale, il doit agir dans la vie réelle et obtient au final des répercussions dans celle-ci !
À ce niveau là, la gamification joue merveilleusement son rôle, elle sert de motivateur à des actions qui ne sont pas réalisé facilement par l’utilisateur.

Regarde moi, le socializer ventard

La partie sociale de Zero ecoimpact consiste en la construction d’un profil public, permettant d’afficher aux autres votre score et vos badges.
Le site ne se cache pas que l’utilité de ce profil est de pouvoir l’utiliser simplement pour communiquer sur ses engagements écologique.
Mais en cherchant plus loin on ne trouve guère beaucoup plus d’élément sociale. Un petit bouton “clapper” permet de mettre en avant un utilisateur dans le classement. Mais les échanges entre la communauté se limite à ceci.
Il reste ici tout à créer. Montrer ses actions oui, mais la plateforme pourrait aller plus loins, partager, collaborer sur des actions communes. Nouer des partenariats entre les utilisateurs !
Bien entendu l’équipe Zero ecoimpact propose de nombreux événements IRL (in real life). Le contact sociale est donc réel dans ces évènements. Mais nous abordions ici le sociale digitale.

Pour conclure, Zero Ecoimpact est une plateforme très ambitieuse. Voulant permettre de nombre choses, elle devient dur à pitcher et dense à gamifier. Malgré quelques faiblesses dû au trop plein d’informations visuelles, elle reste séduisante sur le fond. Zero ecoimpact reposant sur un squelette construit avec des leviers puissant de la gamification.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.